Un Contenu Captivant


Offrir un contenu CAPTIVANT : un vaste programme. Tout d’abord, parce que CAPTIVANT, c’est déjà un défi. Captiver c’est CAPTER l’attention mais aussi la CAPTURER pour qu’elle ne s’en aille pas. Pas trop loin, pas trop longtemps. Pour qu’elle revienne. Encore et encore.

Ami Hasard, prudence. En ces terres, tu n’es pas forcément le héros. Comme beaucoup de succès, la préparation est clef : sur le fond, la forme, la cible, le timing, le canal… Bref, l’orchestration.


Le fond

Nous sommes tous de grands enfants. Nous adorons les histoires qui nous font rêver et nous projettent dans un univers différent mais pas trop loin du nôtre, histoire d’être rassuré.

TROIS règles s’appliquent pour un bon fond :

  • Cohérence par rapport à son message de fond et sa ligne directrice. Autrement dit, donner du sens et une direction, une position. Conséquence : développer sa ligne éditoriale avec un choix de thèmes sur lesquels vous vous sentez à l’aise ou en « droit » d’exposer vos points de vue, qui s’appuieront sur des faits prouvés et des sources avérées.

 

  • Nouveauté : nouvel angle, nouveau sujet, nouvel interlocuteur, nouvelle dimension. Cet aspect demande de la créativité, de l’intuition, de la persévérance et de bonnes sources d’informations. C’est souvent sur ce point que nous nous essoufflons rapidement. Dur de rester dans le « scoop ». Chronophage et stressant. D’où l’intérêt de mettre en place des alertes et bien s’organiser.

 

  • Proximité : géographique, sociale, affective, temporelle. C’est le choix qui vous est proposé. Vous pouvez prendre l’une ou l’autre de ces notions, ou plusieurs en même temps. La question d’or : « est-ce que mon public va s’y identifier ? »

Ces trois principes sont respectés par tout journaliste qui se doit.

Mais construire un contenu captivant ne s’arrête pas, lorsqu’on veut promouvoir une cause ou une idée. Quid des réactions d’opposition ? Quelles pourraient être les critiques négatives ? Quel sera votre argumentaire dans ce cas ? Plus d’un pain sur la planche, n’est-ce pas ?

Et, une fois ce travail terminé, une autre tâche vous attend. Car, entre en scène, la forme.


La forme

Vous pouvez (presque) tout dire, à condition d’y mettre les formes. Plus exactement, la BONNE forme. C’est elle qui donne la saveur. Pas n’importe laquelle. Celle que vous aurez décidée. Elle se révèle dans la structure du récit, le style, le format, les mots, la ponctuation.

  • Structure : comme dans tout bon récit, il faut une intrigue qui va s’articuler sur une colonne vertébrale. Quel que soit l’histoire, vous définirez des personnages avec leur trait de caractère et leur trajectoire, puis une mécanique émotionnelle qui les fera interagir. Bien sûr, vous avez mûri le dénouement…

 

  • Style : allez-vous préférer l’interview-dialogue ou une analyse factuelle ? Ecriture web, commerciale ou littéraire ? Voulez-vous choquer ou rassurer ?

 

  • Format : l’illustration, les couleurs, plutôt épisode ou histoire ponctuelle ?

 

  • Mots : le mot juste, celui qui touchera le cœur et l’âme du public que vous avez décidé de cibler. La phrase ni trop longue, ni trop courte, pour respecter leur rythme. Le titre qui percute ou accroche. Un art.

 

  • Ponctuation : une simple virgule peut changer totalement le sens d’une phrase, comme cette page vous l’explique magistralement.

A ce stade, vous êtes à 60% du travail. Reste l’orchestration.


L’Orchestration

C’est le maître-mot dans nos sociétés qui foncent à 100 à l’heure. Cette course en avant nous pousse à une organisation de maître-horloger, qui va s’adapter à son public. Vote audience va déterminer la fréquence, la ressource, le besoin, le support, etc.

Fréquence

Quelle est la bonne fréquence pour mettre à jour son contenu ? Chaque tranche d’âge, métier, secteur d’activité a son propre rythme et sa saisonnalité. Vous n’informerez pas un public sénior de la même manière qu’un public junior. Un blog de bien-être ne sera renouvelé aussi souvent qu’un site de Ecommerce.

Ressources & Besoins

Avoir une présence en ligne toujours en phase avec l’actualité, la vôtre et celle des autres, peut être très chronophage, même si vous automatisez la collecte de certains contenus. Quel est donc la bonne recette ? THE règle : un juste équilibre entre ressources et besoins.

Par ressource, il faut entendre bien sûr la qualité et la quantité des personnes autour de vous, puis le budget dont vous disposez.

Par besoin, comprenez « quel support de communication dois-je privilégier ? » et encore « Plutôt écrit, visuel, audio ? Virtuel et/ou Réel ? » et enfin « A quel moment ma cible est-elle la plus disponible ? »

Planification

Un calendrier de publication par support de communication est indispensable. Il faut anticiper la parution de ses articles et autres écrits, de manière à y glisser des réactions spontanées vis-à-vis de l’actualité… AU BON MOMENT. Et plus vous êtes organisé, mieux vous gérerez l’imprévu.


Encore des questions ? Ecrivez-nous.